Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : la Grammaire de Forator
  • : langue française et littérature
  • Contact

Principe

Je pense que la tâche de la prochaine génération d’écrivains, en face de la plus terrible menace qu’ait connue la littérature française, va être d’y réintroduire… la syntaxe.

Recherche

24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 09:09

Un peu partout, le subjonctif « voie » (que je voie, qu’il voie) est maintenant remplacé par la graphie « voit ». Et « voies » est devenu « vois », dans : que tu voies.

La faute est particulièrement fréquente dans les livres pour enfants, fussent-ils publiés par des éditeurs réputés.

Le lièvre joue un tour à l’éléphant et à l’hippopotame, ses persécuteurs… « Lièvre s’approche d’Hippopotame en prenant bien soin qu’on ne le voit point. » (Élisabeth Duval traduisant l’album de John Burningham Tir à la corde, éditions Kaléidoscope, 2013, p. 22 ou 24, non numérotée. Livre paru dans sa langue d’origine en 1968, sous le titre Tug of war.) Alliage d’une faute grossière et de l’affectation consistant à mettre point au lieu de pas. Conte un peu niais, dessins luxuriants, faussement juvéniles.

Un petit ours raconte la journée qu’il a passée avec son père en pleine nature : « Mais moi, j’avais envie qu’il [= papa] me voit sauter très haut. Alors je me suis mis en position. Un, deux, trois… On y va ! » (Adaptation française par « Mim » d’un texte de Sean Taylor, Mon tout petit ours, illustré par Emily Hughes ; éditions Milan, 2016, dix-septième page ; les pages de cet album ne sont pas numérotées.)

L’empereur d’Autriche Joseph II avait interdit que la pièce de Beaumarchais fût représentée à Vienne. Cela n’a pas empêché Mozart d’en proposer le sujet au librettiste Lorenzo Da Ponte :

« La version de Da Ponte gomme les critiques les plus virulentes de [sic] la noblesse, simplifie et raccourcit le texte de Beaumarchais si bien que Joseph II accepte finalement que l’opéra voit le jour. » (Les noces de Figaro, un opéra de Wolfgang Amadeus Mozart ; d’après le livret de Lorenzo Da Ponte, présenté par Timothée de Fombelle et raconté par Laurent Stocker, de la Comédie-Française, illustré par Olivier Balez ; éditions Gallimard Jeunesse Musique, collection Grand Répertoire, 2008, p. 54. Le livre est accompagné d’un CD qui permet aux enfants d’écouter un résumé de l’intrigue, écrit par Fombelle. Ce récit est entrecoupé de larges extraits de l’œuvre originale. J’ignore qui est l’auteur de la partie documentaire qui figure aux pages 54-55 et dont est extraite la phrase calamiteuse qu’on vient de lire.)

Le narrateur est un enfant qui n’a jamais vu d’herbe, ni rien de cette nature que son père, parfois, lui décrivait :

« Le lendemain [d’un jour où le héros-narrateur s’est plongé dans des livres montrant de vastes paysages bien verts], Gus, mon meilleur copain, vient me chercher. / – Il faut que tu vois ça ! il me dit en cachette. » (Ingrid Chabbert, Le dernier arbre, éditions Frimousse, 2015, p. 18, non numérotée. Belles illustrations de Raul Guridi.) « Ça », c’est un tout petit arbre, qui pousse derrière un muret (muret de pierre ? de béton ? l’auteur ne le dit pas ; la nature a disparu, l’univers urbain est partout).

Et voici la suite de ce texte, qui se lit trois pages plus loin : « On enfourne nos vélos et je le suis. Je le suis si longtemps que j’en ai mal aux mollets. » (Page 21, non numérotée.) D’autres maladresses de langue sont à découvrir, dans ce grand album illustré en couleurs.

La faute se répand ailleurs que dans les livres pour enfants.

Georges Simenon avait épousé Régine Renchon, dite Tigy, en 1923 : « Après la guerre, Georges, Tigy et Marc [leur fils âgé de onze ans] traversent l’Atlantique pour <aller> vivre en Amérique. / En 1950, l’impensable : Georges décide de divorcer. Il en aime une autre, sa secrétaire, Denise, avec laquelle il aura trois autres enfants. Le divorce est prononcé à Reno, au Texas. Leur union conjugale aura duré vingt-six ans, deux mois et vingt-neuf jours. Georges obtient que Tigy vive à proximité de ses lieux de résidence afin qu’il voit son fils avec facilité. » (Biographie de « Tigy », figurant dans la section « Notices biographiques », qui complète la bande dessinée Joséphine Baker, dessins de Catel, scénario de José-Louis Bocquet ; éditions Casterman, collection Écritures, 2016, p. 514.)

 

De la même façon, « croie » ou « crût » deviennent « croit ».

« Dire que ce corps parfait, Paul LEVERRIER [sic] l’avait serré entre ses bras et qu’il s’était suicidé… Je comprenais que la propriétaire dudit corps ne croit pas cela possible. » (Texte extrait d’une bande dessinée réalisée par Nicolas Barral, Nestor Burma : Micmac moche au Boul’Mich ; d’après le roman de Léo Malet et d’après « l’univers graphique » de Tardi ; éditions Casterman, 2015, p. 20.)

Dans un cabaret parisien, sous les yeux exorbités des clients et du détective Nestor Burma (narrateur), la belle Jacqueline Carrier fait un numéro d’effeuillage. L’amant de Jacqueline Carrier, un jeune étudiant en médecine nommé Paul Leverrier, s’est suicidé quelques jours auparavant. Jacqueline Carrier, possédant un corps parfait qui faisait les délices de son amant, ne peut croire que Paul se soit suicidé. En bon français : « Je comprenais que la propriétaire dudit corps ne crût pas cela possible. »

« [I]l faut régler la question Villepin. / Non que Chirac croit aux chances de son ancien Premier ministre [sic] à l’élection présidentielle de 2012. “Il fera 4 ou 5 % s’il se présente”, lui lançait un jour l’un de ses vieux compagnons. “Non, un peu plus : 5 ou 6 %”, a corrigé Chirac… Pas très glorieux en effet, mais suffisant pour créer [sic] une capacité de nuisance et empêcher le président sortant de faire la course en tête au soir du premier tour. » (Bruno Dive, Le dernier Chirac, éditions Jacob-Duvernet, 2011, p. 129. L’orthographe réclame soit « son ancien premier ministre », soit « son ancien Premier Ministre ». Si on tient à majusculer ce groupe lexical, où l’adjectif précède le nom, on doit majusculer aussi le nom.)

« Non (pas) que » commence à être suivi de l’indicatif. J’en reparlerai.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Forator
commenter cet article

commentaires

LMMRM 24/06/2017 16:26

A Forator,

Mon commentaire s'est placé au mauvais endroit, le revoici.

— Il y a un an ou deux, vous aviez sur les conseils d’un lecteur agi sur certains paramètres de vos préférences qui avaient rendu possible de faire de l’italique, du gras, etc. Possible que ces paramètres se soient désactivés tout seuls, ça arrive ; ou bien une fausse manip.

— A propos de « Premier ministre », il est en effet possible que cette pratique ne soit pas ancienne, simplement du fait que, sous les autres républiques françaises, il n'existait, à ma connaissance, que des « présidents du Conseil ». C'est apparemment en 1958 que l'expression « Premier ministre » est apparue, elle serait donc un peu moins vieille que moi, mais pas récente tout de même.

— https://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Constitution-du-4-octobre-1958
Article 8 de la Constitution de 1958 :
« Le Président de la République nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement. Sur la proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions. »

Forator 24/06/2017 20:35

Cher JMF, je n’ai jamais agi sur les paramètres de mes préférences de la rubrique Commentaires, pour la simple raison que la possibilité de faire de l’italique ou du gras n’y est pas proposée. La plateforme Overblog ne doit pas juger utiles ces finesses. Je le déplore autant que vous.
Pour en revenir à la graphie « Premier ministre », les textes imprimés dans les années 1960 sont clairs : on n’y trouve que la forme « Premier Ministre » (au XIXe siècle, on lisait « premier ministre », et au XVIIIe parfois « premier Ministre »). Personne n’aurait admis que l’adjectif fût pourvu d’une majuscule et non le substantif. (La chose se vérifie facilement sur Google-Books.)
Ne cautionnons pas une exception déraisonnable ; cela met en péril toute une logique de la majusculation. Notre langue est déjà bien assez maltraitée.

LMMRM 24/06/2017 12:16

[Début de citation]
L’orthographe réclame : « son ancien premier ministre » ou « son ancien Premier Ministre ».
[Fin de citation]

— Il y a une exception pour « Premier ministre », avec une seule capitale.
— Forator, vous avez désactivé la possibilité pour le commentateur de faire du gras et de l'italique, c'est bien dommage.

Test.
Test.
Test.
Test.

Forator 24/06/2017 12:25

Je vous assure que je n’ai rien désactivé !
Pour ce qui est de « Premier ministre », cette exception est d’invention récente. Elle est sans fondement dans l’histoire de la langue. Il y a là non pas une exception mais une entorse aux règles d’usage des majuscules.

Baronne Samedi 24/06/2017 11:01

Je suis d'accord c'est irritant au possible, presque autant que la confusion "près (de)/prêt (à)" !

LMMRM 24/06/2017 14:53

Il y a un an ou deux, vous aviez sur les conseils d’un lecteur agi sur certains paramètres de vos préférences qui avaient rendu possible de faire de l’italique, du gras, etc. Possible que ces paramètres se soient désactivés tout seuls, ça arrive ; ou bien une fausse manip.

Forator 24/06/2017 11:43

Merci pour votre visite, chère Baronne.
(Notre ancienne amitié m’autorise à vous signaler que la faute apparaît dans un vers d’Ovide que vous avez récemment cité : « Asseyez-vous et ne vous levez pas, de crainte que, debout, on ne vous croit encore assise. » Le traducteur aura eu un instant de distraction…)