Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : la Grammaire de Forator
  • : langue française et littérature
  • Contact

Principe

Je pense que la tâche de la prochaine génération d’écrivains, en face de la plus terrible menace qu’ait connue la littérature française, va être d’y réintroduire… la syntaxe.

Recherche

4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 13:52

Dans la comparaison qui suit parfois se servir de (comparaison introduite par comme), la préposition de doit être répétée et le déterminant (article indéfini) doit être explicité.

« Mike lançait un caoutchouc sur un camarade en se servant d’une règle en plastique comme catapulte. » (Annick Le Goyat traduisant Anthony Horowitz, Le réveil de Scorpia, neuvième aventure d’Alex Rider, Hachette, 2011, p. 150.) Il faut écrire : « comme d’une catapulte ». Ce qui est la réduction de : comme il se servirait d’une catapulte.

Alex Rider, l’espion âgé de quatorze ans, se met en route, à pied, en direction d’un barrage qui sépare une vallée et un grand lac, au Kenya. « Et s’il parvenait à apercevoir le pylône électrique qu’il avait remarqué en survolant la vallée, il s’en servirait comme point de repère jusqu’au barrage. » (Annick Le Goyat traduisant Anthony Horowitz, Les larmes du crocodile, huitième aventure d’Alex Rider, Hachette, 2010, p. 337.) Écrire : « il s’en servirait comme d’un point de repère », ou mieux : « il l’utiliserait comme point de repère ».

« Se servant du dos de Durant comme écritoire, Jordan apposa sa signature [sur le billet à ordre] […]. » (Jean-Patrick Manchette traduisant Les faisans des îles, du romancier américain Ross Thomas, éditions Rivages, 1991 ; réédition dans la collection Rivages/Noir, p. 355.) Comme d’une écritoire.

« Chester était un gros bonnet de la contrebande au Canada. À plusieurs reprises, il s’était servi de Mal comme intermédiaire pour écouler ses revues porno. » (Tonino Benacquista traduisant l’adaptation du Chasseur, premier album de la série Parker, par Darwyn Cooke, d’après un roman de Richard Stark ; éditions Dargaud, 2010, p. 48.) Comme d’un intermédiaire pour…

« Ensuite tu en as étouffé un par-derrière et tu t’es servi de lui comme bouclier avant de lui cogner le crâne, deux fois, sur l’angle d’un volet. » (Jérôme Leroy, Le Bloc, éditions Gallimard, collection Série noire, 2011, p. 86.)

La faute n’apparaîtra plus dans L’ange gardien, paru en 2014 ; une certaine « Y » meurt en attaquant la maison d’un financier présumé d’Al-Qaïda : « Elle en a buté la moitié [= des gardes du corps présents sur les lieux] jusqu’au bureau du type. Et quand elle a vu la deuxième vague arriver, elle a dégoupillé trois grenades défensives, s’est servie du mec comme d’un bouclier et a foncé dans le tas. » (Jérôme Leroy, L’ange gardien, éditions Gallimard, Série noire, 2014, p. 46.)

Igor Markish se prépare à devenir chauffeur de taxi. Victor Volodine est le patron de la société de taxis qui l’a engagé. « [Igor] prenait le guide des rues de Paris et de banlieue et l’apprenait par cœur en vue de son examen. Victor lui avait recommandé de commencer par le plan du métro et des lignes d’autobus et de s’en servir comme points de repère. » (Jean-Michel Guenassia, Le club des Incorrigibles Optimistes, éditions Albin Michel, 2009 ; réédité dans le Livre de Poche, p. 182.)

« S’emparer de la photographie comme mode d’expression, c’est aussi l’occasion pour un artiste d’outrepasser les règles, celles, par exemple, qui séparent l’art et le reportage. Le photographe et cinéaste américain Larry Clark a ainsi joué la carte de l’immersion totale et fait figure de modèle concernant [sic] cette option [sic] kamikaze. » (Élisabeth Couturier, Photographie contemporaine mode d’emploi, éditions Flammarion, collection Mode d’emploi, 2011, p. 26.) Certes, le style est calamiteux de bout en bout, dans ce livre pourtant utile.

« Allons ! séchons nos larmes, prenons patience, les néo-marxistes tendance “I like Robbe-Grillet” n’ont pas encore tout à fait mis au point leur super-roman sans talent, sans subjectivité, sans écrivain. En attendant le grand jour, ils se servent de L’Express comme amuse-gueule. » (Bernard Frank, Le dernier des Mohicans, quatrième partie : « Fin » ; éditions Fasquelle, 1956. Texte consulté dans le volume Bernard Frank, Romans et essais, Flammarion, collection Mille & une pages, p. 838.)

 

L’article omis devant le nom qui suit le comme est l’article indéfini.

Entendu à la radio : « Ils parlent de lui comme l’envoyé de Dieu. »

Ce qui, en bon français, devrait se dire : comme s’il était l’envoyé de Dieu. Ou alors : comme d’un envoyé de Dieu.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Forator
commenter cet article

commentaires