Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : la Grammaire de Forator
  • : langue française et littérature
  • Contact

Principe

Je pense que la tâche de la prochaine génération d’écrivains, en face de la plus terrible menace qu’ait connue la littérature française, va être d’y réintroduire… la syntaxe.

Recherche

10 mai 2019 5 10 /05 /mai /2019 09:58

Vous résistez à l’hiatus partout où celui-ci est admis par la langue mais vous l’imposez dans des expressions et des constructions où il était resté inconcevable pendant plusieurs siècles.

Vous êtes généralement soucieux de mettre un l’ dans « si on… » et dans « pourquoi on… ». Cela peut s’avérer lourd (« Si l’on savait vraiment pourquoi l’on est aimé ! »), mais c’est correct.

Malheureusement, toujours pour esquiver l’hiatus, vous dites : « un norjeu », pour : un hors-jeu. Ne vous a-t-on jamais appris que ce h est aspiré, comme dans haricot ? De même, vous dites « les z-andicapés », au lieu de dire : « lé handicapés ». Si la plupart d’entre vous arrivent encore à prononcer correctement Nous hurlons (sans liaison), on entend très souvent Ils hurlent prononcé « ils z-urlent ».

Vous parlez maintenant de « pseudo-z-intellectuels » ; enfin, introduisant une consonne épenthétique là où il n’en faut pas, vous êtes de plus en plus nombreux à dire : « Il faudra-t-alors », « On devra-t-alors », « On sera-t-alors », « Il sera-t-également », « Rien ne sera-t-épargné », « La mesure va-t-être effective », « Le film dont il va-t-être question », « Cette décision vise-t-à créer » ; et même : « Il s’est avéré-t-être… », « X était devenu-t-un fardeau », etc.

Il existe un collectif d’amateurs de cinéma, réunis sous le nom de « Monsieur Bobine », qui publie de passionnantes analyses de films sur YouTube. Un petit personnage animé, qui a la forme d’une boîte de bobine de film, dotée d’une paire d’yeux et d’une bouche, commente un film particulier ou toute l’œuvre d’un réalisateur, d’un scénariste, d’un producteur, tandis que de courts extraits des œuvres mentionnées sont diffusés à l’arrière-plan. Dans une vidéo intitulée Quentin Tarantino le mercenaire, M. Bobine évoque les différents scénaristes qui ont collaboré à l’écriture du film The Rock de Michael Bay (1996), film qui est sorti en France sous l’absurde titre Rock (au lieu de Roc). Au milieu de son commentaire, M. Bobine dit ceci : « On pourrait s’attendre à ce que Sorkin ai [sic] été-t-engagé pour donner de l’épaisseur au personnage du général rénégat [sic, pour renégat] campé par Ed Harris. Manque de pot, Simpson et Bruckheimer [producteurs du film] lui ont seulement demandé d’écrire des scènes de comédie, ce qui n’est pas spécialement son point fort [sic, pour : n’est pas spécialement son fort]. » Aaron Sorkin, alors dramaturge et scénariste débutant.

Comme presque tous nos contemporains omettent la liaison du t final de « est » ou de « ait » avec tout participe passé commençant par une voyelle, on a l’impression que c’est ce t omis ici qui ressurgit là. On constate ce phénomène dans l’exemple précédent, où je l’ai signalé par un sic, mais aussi dans une formule citée plus haut, « Il s’est avéré être… », dont la prononciation fautive est désormais : « Il s’è avéré-t-être… »

Et contradictoirement à ce système, ô modernes, en ne faisant plus aucune des liaisons utiles de l’oral, vous créez des hiatus à tort et à travers : « le premié enfant » (pour : le premier enfant) ; « donner le mauvè exemple » (pour : donner le mauvais exemple) ; « le secon hintervenant » (pour : le second intervenant) ; « nos cen hinvités » (pour : nos cent invités) ; « accueillir quelqu’un à bra ouverts » ; « un gran harbre » ; « ils son hen train de manger » ; « on è arrivés »… Vous en inventez tous les jours.

Après avoir évoqué telle question, cela se disait : « Aprè-z-avoir… », c’est devenu : « Aprè avoir… »

Sans aller jusque-là… La prononciation, qui devrait être : « sans z-aller », est devenue : « s’en hallé ».

Sans aucun doute : on entend parfois cette expression prononcée « s’en haucun doute » !

Joyeux anniversaire ! est un anglicisme qui s’est substitué à la formule traditionnelle Bon anniversaire ! (dont la prononciation correcte est : « bonne anniversaire »). Je me demande combien de temps il faudra pour que ce joyeux anniversaire qu’on souhaite à quelqu’un, et qui se dit encore : « joyeu-z-anniversaire », devienne : « joyeu anniversaire ».

N’ai-je pas entendu parler à la radio d’un enfant mort « en bahage » ? Or l’expression en bas âge ne peut se prononcer autrement que : « en bazage ».

À l’écrit, vous en venez à croire que le trait d’union sert à indiquer une liaison à faire (comme dans peut-être, dont la prononciation est maintenant différente de celle de « peut être »). Le principe de la liaison s’est perdu, au point que les rares liaisons persistantes vous semblent devoir être transcrites soit par l’ajout d’un trait d’union intempestif, soit par la mise au féminin de tel adjectif qualificatif précédant un nom masculin, comme dans cette phrase (lue sur http://www.prejuges.com/) : « Construites dans les années 60, ces cités périphériques étaient plutôt bienvenues. Elles accueillaient une population cosmopolite dans une ambiance bonne enfant. »

Certes, vous ne tarderez pas à prononcer cette même locution ainsi : « une ambiance bon henfant »…

Franchement, je ne vous comprends plus. Ces nouvelles manières de prononcer, qui consistent à créer de faux hiatus par refus des liaisons, ou à empêcher l’hiatus véritable en l’encombrant d’une consonne superflue, caractérisent l’enfant qui acquiert le langage, l’étranger qui apprend notre langue, mais sont indignes de gens qui ont été scolarisés, qui ont obtenu des diplômes, des légions d’honneur, des prix littéraires.

N’inventons pas des liaisons inexistantes ; n’omettons pas les liaisons utiles ou nécessaires. Bref, sachons prononcer clairement, mais sans affectation : « il devra alors » et « un mystérieuzaccident ».

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Baronne Samedi 18/05/2019 07:31

J'ai le souvenir d'une femme dont l'élégance du langage s'étendait justement à toutes les liaisons, outre qu'elle n'employait "on" que pour l'impersonnel, jamais pour le "nous" : son discours était d'une grande clarté. Il est étonnant de constater que les cuirs se multiplient à mesure que les liaisons légitimes disparaissent !

Forator 18/05/2019 09:00

Baronne, c’est toujours une joie de recevoir votre visite. L’obligation de faire les liaisons était liée à la connaissance de l’orthographe. Elle en favorisait même l’apprentissage dans la population, et aidait à resserrer le lien entre l’écrit et l’oral, car chacun vérifiait mentalement, de temps en temps, s’il avait bien prononcé les lettres qui s’écrivent. À la fin des années 1960, certains ont dû voir dans cet entraînement un esclavage, comme on a vu un esclavage dans les manières de table…

Dulkadir 15/05/2019 22:49

J'ai viens de découvrir votre site et j'apprécie beaucoup les quelques billets que j'ai lus. Je vous félicite pour la ténacité dont vous faites preuve et vous encourage à continuer cette oeuvre salutaire et courageuse, d'autant plus courageuse que notre époque n'est pas friande de grammaire. Au plaisir de vous lire très bientôt.