Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : la Grammaire de Forator
  • : langue française et littérature
  • Contact

Principe

Je pense que la tâche de la prochaine génération d’écrivains, en face de la plus terrible menace qu’ait connue la littérature française, va être d’y réintroduire… la syntaxe.

Recherche

14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 01:24

« Dans ses Confessions, Jean-Jacques Rousseau évoque le souvenir maternel associé à la pervenche, qui joue là un rôle analogue à celui de la petite madeleine pour Marcel Proust. Ayant observé ces fleurs du temps de sa jeunesse heureuse auprès de sa mère à Chambéry, puis les ayant perdues de vue pendant des décennies, il éprouve un immense plaisir à les retrouver plus tard. » (Hubert Reeves, J’ai vu une fleur sauvage : L’herbier de Malicorne ; éditions du Seuil, 2017, avec des photographies prises par Patricia Aubertin ; p. 147. Extrait d’un chapitre intitulé « La Petite Pervenche, d’un bleu de rêve ».)

 

Manifestement, Hubert Reeves n’a jamais lu les Confessions ; sans quoi il saurait que la mère de Rousseau est morte quelques jours après sa naissance, à Genève. La femme que Rousseau, âgé de seize ans, allait appeler familièrement « maman » (mais non pas « mère ») était Louise-Éléonore de Warens, qui vivait à Chambéry et n’avait que treize ans de plus que lui. Au cours des années 1730, Madame de Warens servirait à Jean-Jacques de tutrice, puis deviendrait sa maîtresse.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Forator
commenter cet article

commentaires